Énergies d’après-demain : les 5 meilleures pistes

Le futur pourrait nous réserver bien des surprises, surtout lorsqu’il s’agit de la protection de l’environnement. Ce maître mot est aujourd’hui plus que dans l’ère du temps, de nouvelles recherches ne cessent de voir le jour. En ce qui concerne l’énergie prometteuses, quelles seront celles qui seront utilisées dans l’avenir ?

Le thorium comme remplaçant de l’uranium

Il s’agit donc d’un élément qui est étudié très sérieusement pour devenir dans l’avenir une des principales sources d’énergie nucléaire. Les avantages présentés par ce dernier sont de taille, car il est plus abondant, et produit largement moins de déchets que son homologue l’uranium. La faisabilité du projet reste encore un projet à polémiques vu les avis des différents scientifiques spécialistes dans ce domaine. Le point de discorde concerne surtout la transformation proprement dite du thorium. Certains affirment que ce procédé serait compliqué et d’autres disent complètement le contraire, car il suffirait pour ces derniers de le mélanger à de l’uranium pour qu’il puisse servir de combustible. Il faut aussi savoir que la France s’est engagée dans l’avenir à diminuer son utilisation de ce type d’énergie, ce qui gênera sûrement le développement dudit projet.

https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/reacteurs-nucleaires-thorium-avantages-10261/

Le biocarburant à base de bactéries

C’est la société française Deinove qui a pour la première fois pu isoler des bactéries dites déinocoques et a pu les utiliser afin de produire de l’éthanol. Le processus de fabrication est assez simplifié, car utilisant une biomasse végétale telle que le blé par exemple. Autrefois, sans l’utilisation de cette bactérie, le processus fut plus compliqué, car demandant plus de temps, de ressources alimentaires et logiquement avait un coût plus élevé. Pour cette énergie prometteuses, le principe étant simple, car la bactérie prend en charge la dégradation de la biomasse pour la transformer en éthanol.

https://www.lenergieenquestions.fr/la-stat-up-francaise-deinove-met-les-bacteries-au-service-des-biocarburants/

Un carburant à base d’air

C’est un processus qui met en jeu le CO2 et l’hydrogène contenu dans l’air. Le but étant dans l’avenir, à partir de ces derniers, de produire du méthanol qui sera utilisé comme carburant. Ce sont les ingénieurs britanniques qui ont mis au point ce système en vue de fabriquer un pétrole de synthèse, qui est très proche du vrai et qui pourra s’adapter sans aucun problème aux véhicules. Le principal avantage serait de réduire l’émission de gaz à effet de serre, cependant, ce procédé nécessitant l’électrolyse consomme beaucoup d’électricité. Cette énergie prometteuses reste donc un ultime défi pour pouvoir transformer notre pollution.

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-planete/20121219.RUE1882/energies-du-futur-nos-cinq-idees-folles.html

Les supercalculateurs comme source de chaleur

Ces appareils informatiques dégagent une quantité très importante de chaleur, qui pourrait être utilisée dans le chauffage des habitations. La société française Qarnot Computing compte en effet installer directement ces calculateurs directement chez les particuliers. Ainsi, les compagnies de data-centers auront aussi le net avantage de se débarrasser de la charge que représente l’hébergement de ces outils. On chiffre à peu près la production d’une grande structure de calculateurs à environ 10 000 foyers chauffés par an. L’installation ne nécessite pas des méthodes compliquées, mais la maintenance reste un des aspects à résoudre, car les calculateurs sont dispersés. Et comment gérer cette chaleur lorsque le chauffage n’est plus utile durant l’été ?

https://www.consoglobe.com/quarnot-computing-ordinateur-chauffage-cg

L’installation d’une ceinture solaire sur la lune

Ce projet, appelé « Luna Ring », et sous la tutelle d’une entreprise japonaise, vise à utiliser l’énergie solaire grâce à « installation de panneaux solaires sur la Lune. Les cellules qui seraient utilisées mesureraient 40 km et pour réceptionner l’énergie prometteuses produite, des antennes de 20 km de diamètre seront nécessaires, sur la Terre. Cette infrastructure sera imposante déjà par ces dimensions, mais elle sera également disposée tout autour de l’équateur de la Lune. Cependant, les ressources seront entièrement disponibles sur la lune comme le ciment et l’eau une fois que l’hydrogène et les robots ouvriers seront ramenés de notre planète. L’atout principal sera que la production ne dépendrait plus des conditions météorologiques.

http://lenergeek.com/2013/12/19/projet-luna-ring-un-anneau-solaire-autour-de-la-lune/