Les voitures, solution future au stockage de l’électricité ?

Tout le monde le sait : les énergies renouvelables sont intermittentes ; à cause de cela, il est nécessaire de mettre en place des solutions de stockage efficaces afin de garantir leur développement. Selon Jeremy Rifkin et David J.C MacKay, la solution de stockage la plus viable se trouve dans les voitures électriques ou à hydrogène.

Pour Jeremy Rikfin (Président et Fondateur de « La Fondation pour les tendances économiques »), la meilleure opportunité de stockage d’énergie repose dans la combinaison des énergies renouvelables et des voitures à hydrogène ; de son côté, David J.C MacKay (Conseiller scientifique en chef au Département britannique de l’énergie et du changement climatique) affirme quant à lui qu’elle se trouve dans l’alliance des énergies renouvelables et des voitures électriques (pour information, les idées de chacun de ces spécialistes sont défendues dans les livres suivants : « L’énergie durable, pas que du vent ! » et « La troisième révolution industrielle »).

En cas de changements rapides de demande et de fourniture ou en cas période de calme des productions solaires et éoliennes, il est nécessaire de répondre aux attentes du réseau en temps réel. Dès lors, il est possible d’éteindre une source de puissance existante (afin de réduire la demande de pointe) ou d’en allumer une nouvelle ; cette dernière peut être une centrale hydroélectrique (à condition d’éviter les centrales thermiques au charbon, au pétrole et à gaz), un incinérateur de déchets, une centrale à biomasse ou le déstockage de l’énergie électrique préalablement stockée.

Face à la non-existence d’une méthode idéale pour le stockage de plusieurs semaines de consommation électrique, les automobiles électriques ou à hydrogène se sont avérées être très utiles.

 

Une voiture peut-elle réellement stocker l’énergie électrique ?

Selon David J.C MacKay, si 4 000 nouvelles automobiles électriques sont mises sur le marché (avec des systèmes de recharge intelligents) chaque fois que 4 MW d’éoliens sont installés, cette alliance serait susceptible de réduire de manière considérable les variations de l’éolien.

Ainsi, l’accord entre énergies renouvelables intermittentes et énergies renouvelables serait : « une fois stationnées (au travail ou à la maison), les automobiles électriques pourraient être reliées à des systèmes de recharge intelligents ; ces derniers connaitraient les besoins des utilisateurs et la valeur de l’électricité (peu demandée ou très demandée) « .

Le chargeur intelligent serait ainsi en mesure de satisfaire aux exigences des utilisateurs en aspirant davantage d’électricité lorsque souffle le vent ou en s’arrêtant lorsqu’apparaissent d’autres types de demandes (ou lorsqu’il n’y a plus de vent) ; ce processus présenterait l’avantage majeur de fournir un service utile pour l’équilibre du réseau.

 

Quel est l’avenir de l’hydrogène ?

Pour Jeremy Rifkin, l’hydrogène sera capital dans les prochaines années et tous les bâtiments devront être aménagés en centrales personnelles fonctionnant grâce à la transformation des déchets, au soleil, au vent et à la géothermie.

Ainsi, tous les surplus d’électricité produits par des millions de bâtiments seront stockés sous forme d’hydrogène. Lesdits surplus seront par la suite revendus dans les régions qui n’ont accès à l’électricité qu’à certains moments précis, et ce grâce à des systèmes de programmation.

Par ailleurs, la nouvelle architecture de recharge des automobiles à hydrogène devra être reliée à « l’Internet de l’énergie ».

https://inta-aivn.org/fr/qui-sommes-nous/profil/397-cc/services/documents/1401-la-voiture-quelles-innovations-pour-une-mobilite-plus-durable

https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/010817/la-voiture-electrique-solution-d-avenir